Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Jean C. Baudet

Articles récents

A quoi pensent les Belges ?

23 Juillet 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Biographie

En 2010, j’ai publié un livre chez Jourdan, à Bruxelles, qui est une étude historique et critique de la pensée en Belgique, c’est-à-dire de la production par des auteurs belges en philosophie, en sciences humaines et en littérature, ce que l’on appelle communément « les lettres ». Le titre de l’ouvrage : A quoi pensent les Belges ? (361 pages). Il s’agissait en somme de tester, en prenant l’exemple de la Belgique, où je vis et que je peux donc observer aisément, mon hypothèse d’une opposition radicale (psychologique et épistémologique), dans le monde intellectuel, entre la « culture » et la « STI » (science-technique-industrie), entre les sciences et les non-sciences, entre, pour citer Pascal, le cœur et la raison. J’avais en effet précédemment, chez le même éditeur, publié une Histoire des sciences et de l’industrie en Belgique.

Ce qui m’a le plus frappé dans ce travail, c’est le contraste entre l’importance prise par la science et la technique, dans mon pays, avec des étoiles de première grandeur comme Etienne Lenoir (l’automobile), Zénobe Gramme (l’électrotechnique), Georges Lemaître (qui met en équations l’origine de l’Univers), Ilya Prigogine (qui met en équations l’origine de la Vie), et la modestie des résultats obtenus par les philosophes et les écrivains. Il n’y a guère que Georges Simenon et Hergé à avoir acquis une renommée internationale (et dans des genres populaires, le roman policier et la bande dessinée), et il ne se trouve pas chez les Belges de philosophes de la taille d’un Jean-Paul Sartre chez les Français, ou d’un Martin Heidegger chez les Allemands.

Il y a sept ans, déjà. Je me souviens avec une douce nostalgie de mon ardeur à lire de nombreux textes, à dépouiller de nombreuses revues, à prendre de nombreuses notes, à la Bibliothèque Royale, à Bruxelles, et des conversations auxquelles je pris part dans les salons de l’Académie de langue et de littérature françaises ou de l’Association des Ecrivains belges, et j’évoque avec une mélancolie poignante quelques disparus que j’eus le bonheur de rencontrer, le dramaturge Georges Sion, les poètes Raymond Quinot, Jean-Luc Wauthier et Emile Kesteman, la romancière France Bastia, le romancier Alain Bertrand, les historiens des sciences Jean Pelseneer et Guy Hirsch (auxquels je dois beaucoup), le linguiste Firmin Rodegem, les historiens Maurice A. Arnould et Jean-Pierre Nandrin, et quelques autres. Que sont-ils devenus ?

 

Lire la suite

Pour une necrologie de Jean Baudet

19 Juillet 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Biographie

Jean Claude Gaston Jules Baudet est né à Bruxelles, rue Haute, en Belgique occupée par les nazis allemands, le 31 mai 1944, à 11 heures du matin, fils du Wallon Emile Baudet et de la Bruxelloise Marguerite de Souter. Il est marié à Marianne Allard, de Tournai, et est père de deux enfants, Sylvianne et Christine. Il a fait ses études à l’Institut Saint-Boniface, à Ixelles, à l’Athénée de Wavre, à l’Athénée d’Ixelles, à l’Institut Supérieur Industriel de Bruxelles (chimie et sciences nucléaires), à l’Université Saint-Louis, à Bruxelles (philosophie), à l’Université de Bujumbura (biologie et botanique) et à l’Université Pierre et Marie Curie Paris-VI. Il est docteur de l’Université de Paris.

Jean C. Baudet a été enseignant (mathématiques, histoire des sciences, philosophie) au Collège jésuite Saint-François-Xavier, à Kikwit (Congo ex-belge), au Collège Notre-Dame, à Gitega (Burundi), et au FNRS (Fonds National belge pour la Recherche Scientifique) dans le cadre du Programme d’enseignement de troisième cycle de l’histoire des sciences.

Il fut botaniste à Butembo, au Zaïre, biologiste (phytochimie, taxonomie, génétique) à la Faculté des Sciences agronomiques, à Gembloux, éditeur, journaliste, poète, écrivain et philosophe. Il a fondé la revue d’histoire de la science et de la technologie Technologia (1978-1989) et le magazine Ingénieur et Industrie (1979-1996).

J.C. Baudet fut président-fondateur de l’Association pour la Promotion des Publications scientifiques en langue française, administrateur de la SRBII (Société royale belge des Ingénieurs et des Industriels), secrétaire du Comité belge d’Histoire des sciences, membre du Centre national belge d’Histoire des sciences, administrateur du Comité Sluse d’Histoire des sciences et des techniques (Université de Liège), administrateur de l’association PIWB (Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles), membre de l’AJPBE (Association des Journalistes périodiques belges et étrangers), membre du Conseil supérieur belge de la langue française, membre du Comité de rédaction de la Revue Générale, chroniqueur au quotidien L’Echo, membre de l’association belge de poètes Grenier Jane Tony, membre de l’AREAW (Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie), administrateur de l’AEB (Association des Ecrivains belges).

Il a publié plusieurs centaines d’articles scientifiques, d’articles historiques et philosophiques, d’articles journalistiques et de billets d’humeur, de comptes rendus de lecture, de poèmes et de nouvelles, ainsi qu’une quarantaine d’ouvrages parus chez les éditeurs ACCT (Paris), APPS (Bruxelles), Vuibert (Paris), L’Harmattan (Paris), Jourdan (Bruxelles), La Boîte à Pandore (Paris) et De Boeck (Louvain-la-Neuve).

La pensée de J.C. Baudet s’est développée à partir de l’idée d’éditologie, qu’il a proposée au début des années 1980, et qui est une épistémologie diachronique qui vise à résoudre le mystère de la Connaissance (donc de la Conscience, et donc de l’Être) en intégrant dans une méditation philosophique (et par moments poétique) les données de l’histoire des systèmes de pensée, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de l’intelligence artificielle. L’éditologie découvre le primat (historique et gnoséologique) de la Technique, qui conduit à théoriser l’antagonisme entre les cultures et la STI (science-technique-industrie), actualisant l’opposition pascalienne entre le cœur et la raison. La pensée de Jean C. Baudet débouche sur un matérialisme sans illusions, tempéré par un scepticisme prudent. Elle a pour principaux inspirateurs Aristote, Spinoza, La Mettrie, Feuerbach, Nietzsche, Popper, George Sarton, Bachelard, Bertrand Gille.

Certains écrits de J.C. Baudet sont caractérisés par un humour noir et féroce, qui dénonce les chimères des superstitieux de toutes sortes et qui se dresse contre les menaces que le « politiquement correct » fait peser sur la liberté de penser.

Lire la suite

Logique et pessimisme

15 Juillet 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Pessimisme

La logique est implacable et désolante. L’étude comparative des nombreux systèmes de pensée (religions et idéologies) conduit au scepticisme (l’absence de spirituel). Le scepticisme conduit au matérialisme (la « matière » existe, je l’ai rencontrée !). Le matérialisme conduit à l’athéisme (l’absence de dieux, d’anges et de démons). L’athéisme conduit au nihilisme (l’absence de valeurs transcendantes et d’impératifs catégoriques). Le nihilisme conduit à l’anti-humanisme (l’homme est un animal comme les autres). L’anti-humanisme conduit à l’hédonisme (la recherche du plaisir). L’anti-humanisme conduit au pragmatisme (l’efficacité dévoile le véritable). Le pragmatisme conduit au cynisme (fais ce que voudras !). Le cynisme conduit au pessimisme (le mal finit toujours par gagner).

Mais il est de braves gens qui rejettent la logique, ce qui revient à dénier le réel de la faim et de la soif, des blessures et des maladies, des chagrins et des deuils, du réchauffement climatique, des progrès du fanatisme et du terrorisme, et de la diminution de la biodiversité. Ce sont les optimistes : émotifs, sentimentaux, mystiques, illuminés, bigots, bondieusards, dévots, superstitieux, consolateurs, soldats du Christ, fidèles d’Allah, témoins de Jéhovah, admirateurs du Bouddha, adorateurs du Grand Manitou, socialistes révolutionnaires, socialistes réformistes, gauchistes, maoïstes, trotskystes, hamonistes, mélenchonistes, nationalistes, populistes, lepénistes, philippotistes, trumpistes, macronards, idéalistes. Ils sont heureux !

Lire la suite

Inventaire amoureux

10 Juillet 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Biographie

Les amours sont toujours électives, c’est-à-dire discriminantes, car il s’agit d’attribuer une valeur éminente à l’être aimé, et donc de fonder une hiérarchie entre les êtres, sous l’action de mystérieuses et peu compréhensibles pulsions et répulsions incoercibles venues du conscient et de l’inconscient.

Voici un catalogue (incomplet !) de mes amours et amitiés, que j’assume pleinement, même si je ne puis établir la profonde origine de mes dilections particulières. Pourquoi la sympathie vers l’un et l’antipathie vers l’autre ?

J’aime ma femme, mes enfants, mes amis, les Bruxellois, les Flamands, les Wallons, les juifs, les Israéliens, les Japonais, les Sud-Coréens, les Américains, les Canadiens, les Argentins, les Français, les Polonais, les Russes, les mathématiciens, les physiciens, les astrophysiciens, les chimistes, les cosmochimistes, les biologistes, les botanistes, les palynologues, les généticiens, les chasseurs, les industriels, les ingénieurs, les chefs d’entreprises, les commerçants, les gendarmes, les policiers, les pompiers, les romanciers, les dramaturges, les poètes (à l’exception des minimalistes), les armateurs, les subrécargues, les violoncellistes, les phytogéographes, les constructeurs de ponts et de chaussées, les fumeurs de tabac, les buveurs de vins, les mangeurs de boudins, les peintres (sur toile), les menuisiers, les ébénistes, les aquarellistes, les compositeurs de concertos ou de pavanes, les vitriers, les rémouleurs, les tourneurs, les fraiseurs, les ajusteurs, les affûteurs, les chauffeurs de taxi, les marchands des quatre saisons, les marchands de crèmes glacées, les marchands de gaufres, les marchands de frites et de sauce andalouse, les bouchers, les charcutiers, les armuriers, les avionneurs, les chapeliers, les actuaires, les agents de change, les capitaines au long cours, les professeurs (à l’exception des cuistres), les bijoutiers, les strip-teaseuses, les danseuses nues, les prostituées, les call-girls, les ménagères de moins de 50 ans, les ménagères de plus de 50 ans, les historiens de l’Antiquité, les historiens du Moyen Âge appelés médiévistes, les paléographes, les sigillographes, les préhistoriens, les philologues, les grammairiens, les lexicographes, les métaphysiciens, les sceptiques, les agnostiques, les nihilistes, les athées, les anticléricaux, les blasphémateurs.

Lire la suite

Je fus ce que je fis (poeme en prose)

5 Juillet 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Alors, ce fut au temps des enthousiasmes, je construisis mes rêves. Je bâtis mes espoirs, je développai mes programmes, j’édifiai des hypothèses et des synthèses, j’élaborai mes doctrines et mes doutes, j’inventai même une Poésie Nouvelle, expurgée des émotions, débarrassée du sentiment, épurée de tout ésotérisme bavard, et je fis de grands voyages.

Alors, ce fut au temps des découvertes, je visitai des villes et des villages, des forêts et des plages, j’observai les merveilleux nuages, je contemplai les charmants paysages, je rencontrai de mystérieux mirages, j’aperçus de très lointains rivages, je parcourus des routes et des chemins sauvages, je connus des femmes, je bus de très bons vins, je lus beaucoup de livres, je conçus d’immenses théories, j’ai entendu de suaves musiques, j’ai vu des tableaux exaltants, j’ai reçu des médailles et des décorations, j’ai goûté maintes soupes et différents potages, j’ai fréquenté des doctes et des savants au triste visage.

Alors, c’est maintenant venu le temps des larmes et des pleurs, le temps des bilans et des palmarès, le temps des tambourins et des bandonéons, et j’ai fait l’étude magique des douleurs.

Je bâtis mes désespoirs, je développe mes regrets et mes peines, j’édifie des tristesses et des désolations, je compte mes blessures, mes maladies, mes fièvres et mes rancunes, je compte mes amis disparus et les visages que je ne verrai plus, je fais l’inventaire de mes apprentissages, de mes savoirs, de mes écrits et de mes incertitudes. Femmes aimées, bouteilles vidées, liqueurs savourées, salades dégustées, galeries d’art visitées, promenades et randonnées, symphonies écoutées, lectures achevées, conférences prononcées, interviews accordées, où êtes-vous parties ?

Lire la suite

Sur les especes humaines

28 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Anthropologie, #Biologie

Pour étudier la biodiversité, les biologistes répartissent les êtres vivants dans des taxons, qui sont des groupements hiérarchisés correspondant aux étapes de la phylogenèse. Les principaux taxons sont les classes, les ordres, les familles, les tribus, les genres, les espèces, les sous-espèces et les variétés (appelées « races » dans le langage courant). Les botanistes ont décrit, nommé et classé plus de 300 000 espèces de plantes, quand les zoologistes connaissent plus d’un million d’espèces animales. Les humains n’échappent évidemment pas à cette classification. Ils font partie des mammifères (classe), des primates (ordre), des hominidés (famille) et des hominiens (tribu). Depuis Linné (1735 : Systema naturae), la taxonomie se base sur des critères morphologiques et géographiques, et depuis 1953 (Watson découvre la structure de l’ADN) elle dispose en outre des données extrêmement précises de la génétique moléculaire.

Il y a six genres connus dans la tribu des hominiens : Sahelanthropus (apparu il y a environ 7 millions d’années), Orrorin (6 Mio), Ardipithecus (5,5 Mio), Australopithecus (4,2 Mio), Kenyanthropus (3,5 Mio), Homo (2,4 Mio). Dans le genre Homo, le plus évolué, on connaît actuellement 13 espèces : Homo rudolfensis, H. habilis, H. neanderthalensis, H. sapiens, etc.

Le taxon Homo sapiens correspond à l’homme actuel (seule espèce encore vivante), qui a colonisé la totalité des terres émergées, et qui apparaît il y a quelque 300 000 ans. Tous les autres taxons d’hominiens ne sont connus que par des ossements fossilisés et, pour certains d’entre eux, par des outils en pierre.

Comme toute « vérité scientifique », ce tableau taxonomique (et phylogénétique) de l’Humanité n’est que provisoire. Il correspond à l’état de la science en 2017, et est susceptible de connaître des changements plus ou moins importants à l’occasion de nouvelles découvertes. En 1859, quand Darwin publie son livre sur l’origine des espèces vivantes, on ne connaissait encore qu’un seul homme fossile, l’homme de Néanderthal, découvert en 1856.

Mais une chose est sûre : la diversité des hommes est considérable, comme chez les autres animaux et chez les plantes.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Le travail du philosophe

24 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Philosophie, #Littérature

La plus grande partie du travail du philosophe consiste à lire les ouvrages des philosophes qui le précèdent, pour en tirer la « substantifique moelle » comme disait Rabelais. Il doit lire aussi les travaux des auteurs positifs, historiens, ethnologues et ethnographes, linguistes et sociologues, médecins et psychiatres, et même il trouvera de décisives sources de réflexion chez les astronomes, chez les physiciens, chez les biologistes, s’il a reçu la formation adéquate pour pouvoir tirer profit de ces lectures intellectuellement exigeantes. Comment philosopher sérieusement sur l’Espace et le Temps sans connaître Einstein, sur la Vie en ignorant Darwin, sur la Matière en négligeant Lavoisier et Mendéléev ? Enfin, le philosophe pourra trouver matière à penser chez les littérateurs, romanciers, dramaturges, poètes, qui sans être « abstracteurs de quintessence » (Rabelais, de nouveau) n’en sont pas moins intéressants par leurs descriptions, parfois si pénétrantes, des êtres et des choses. Encore le philosophe doit-il se méfier de la littérature, de celle des écrivains dont le projet est clairement de distraire et d’enchanter plutôt que d’instruire (on n’étudie pas l’histoire de la France en lisant Les trois mousquetaires), comme de celle même des philosophes.

Car les livres des philosophes sont bourrés de littérature, lisez les dialogues de Platon, les pesants traités de Hegel, les essais ornés des fleurs chatoyantes de la rhétorique de Bergson, les dissertations laborieusement subtiles de Husserl ou de Heidegger… Et à vrai dire aussi mes propres écrits, car je cherche ici même à créer une aimable prosodie et à séduire le lecteur par des phrases bien balancées, avec un vocabulaire choisi, quitte à grappiller chez Rabelais quelques efficaces métaphores !

La tâche du philosophe est donc, certes, de lire, mais plus encore de développer une « critique » des textes (Kant), d’opérer une « réduction eidétique » des travaux publiés (Husserl). C’est ce qu’on appelle « penser » (Heidegger). Il s’agit de séparer l’essentiel de l’accessoire, de « simplifier » les discours en distinguant la gangue des précautions oratoires, des procédés d’argumentation et des enjolivements du verbalisme, du pur minerai de la pensée créatrice de vérités. Il s’agit d’aller jusqu’au raccourci de l’aphorisme. Il s’agit de faire la part du « littéraire » et celle du « philosophique ». Cette réduction simplifiante est cruelle et sans merci. Elle revient souvent à déboulonner les statues de gloires usurpées. Que reste-t-il de tant de textes vénérés quand on les a expurgés de leurs ornements phraséologiques ?

Que reste-t-il de mon billet d’aujourd’hui, sinon l’apophtegme médiéval, sans doute trop optimiste : « lege, relege, et invenies » ? Lis, relis, et tu trouveras…

Mais il ne faudrait pas croire, à me lire, que la philosophie soit purement livresque. En réalité, elle utilise les deux facultés de l’esprit humain permettant la cognition : l’observation et le raisonnement. Le philosophe observe l’Être, directement par la voie sensorielle, et aussi par la lecture (qui est bien une observation), en ce compris l’examen de sa propre conscience (introspection). Et le philosophe raisonne, à partir du matériel récolté par l’observation, pour bâtir ses hypothèses et ses théories.

La tâche est immense. Peut-être infinie, si l’Être n’a pas de limites. Cela rend le philosophe modeste. Dans quel livre dit-on que les philosophes sont des nains juchés sur les épaules de géants, qui voient plus loin que leurs prédécesseurs ?

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Pour une theorie des religions

19 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Religion, #Epistémologie

J’ai exposé les prodromes de ma théorie des religions dans deux livres : Curieuses histoires de la Pensée (2011, 601 pages) et Histoire de la Pensée (2013, 334 p.). Depuis lors, je poursuis ma recherche, malgré le vieillissement et la maladie, car je reste convaincu que l’analyse de l’émergence du fait religieux est le passage obligé vers la compréhension du mécanisme de la cognition, et que la compréhension des processus cognitifs, qui est proprement l’objet de l’épistémologie, est le seul chemin qui mène – peut-être – à la connaissance de l’Être et donc à la détermination du sens de notre vie.

Tout commence par quelques idées simples.

Toutes les religions, toujours et partout, malgré leur grand nombre et leur extrême diversité, comportent trois éléments essentiels : 1° une liturgie (des rites), 2° un dogme (des mythes), 3° un clergé (des prêtres). D’autre part, toujours et partout, au cours de l’évolution de l’Humanité, ces éléments sont apparus dans le même ordre. Les rites, séquences de gestes à exécuter toujours de même manière, rigoureusement, naissent avant même l’invention du langage verbal, au tout début de la Préhistoire. Le « descendant du singe » s’impose la réalisation régulière et stéréotypée de rites correspondant à un système de pensée pré-langagier. Il n’a encore, pour penser et pour agir, que le geste, avant de disposer de la parole et des mots. Devenu « hominien » par l’invention de l’outil et donc de la technique (voir mon livre Le Signe de l’humain, une philosophie de la technique, 2005), le primate évolué va surinvestir certains de ses gestes d’une valeur « sacrée » qui conduit compulsivement à la ritualisation d’activités essentielles. Son intelligence encore fruste ne sépare pas encore clairement l’action « technique » de l’action « magique ». Le mécanisme psychique du rite est éclairé d’une lumière vive par ce que les psychiatres et les neurologues appellent le TOC (« trouble obsessionnel compulsif »). Une dialectique de la peur et de l’espoir se développe, qui fait « penser » que l’accomplissement de certains gestes parviendra à éviter des malheurs prochains (faim inassouvie par manque de nourriture, blessure, maladie, etc.). Les ouvrages des historiens, des ethnographes, des philologues, sont pleins de descriptions de rites infiniment divers, et le chrétien qui aujourd’hui fait le « signe de la croix » est psychiquement contemporain de son ancêtre préhistorique inventeur des premiers rites.

Puis vint le temps des mythes. Ayant inventé le langage, l’homme primitif peut maintenant nommer ses peurs et ses espoirs, et il invente des récits le libérant quelque peu de ses angoisses. De même que certains gestes sont sacralisés et deviennent des rites, certains récits sont dotés d’une valeur absolue de vérité (ils sont crus impérativement) et deviennent des mythes.

Avec les activités rituelles et les croyances mythiques, nous sommes encore au Paléolithique, les chasseurs-cueilleurs n’ont pas encore de religions constituées. Au geste et à la parole, il manque le troisième élément, qui est l’organisation sociale et l’apparition de dépositaires de l’autorité qu’elle implique. C’est à la fin du Paléolithique que, les populations étant devenues très nombreuses, le besoin d’organisation crée l’institution des chefs, qui baseront leur leadership non seulement sur la force physique, mais aussi sur la force « spirituelle » que procure l’invocation d’un sacré largement accepté. L’avènement des premiers rois et d’une classe dirigeante (la noblesse) se double de l’avènement des premiers prêtres et d’une classe sacerdotale. Au Néolithique, les religions sont en place avec leurs trois composantes, une liturgie, un dogme et des gardiens des rites et des mythes. L’invention de l’écriture va générer des documents dont certains seront retrouvés par les archéologues, ce qui permettra de connaître les caractéristiques liturgiques, dogmatiques et cléricales de Sumer, de l’Egypte, de l’Inde (les Védas), de la Grèce (la Théogonie d’Hésiode), etc.

Mais il faut aller plus au fond, jusqu’à identifier la source même du fait religieux, recouverte qu’elle est par les trois éléments constitutifs de chaque religion. Ces trois éléments sont comme les trois dimensions d’une même invention, qui est le sacré manifesté par le geste rituel, par la parole dogmatique et par le pouvoir clérical. Cette idée du sacré (et donc cette idée de la division du monde en un secteur profane et un secteur numineux) apparaît dès la formation des premiers rites, censés être munis de mystérieux pouvoirs. Elle est le fruit d’une faculté mentale particulière, l’imagination, qui permet aux hommes dominés émotionnellement par la dialectique de la peur et de l’espoir de créer des attentes diminuant leur angoisse, de projeter dans un à-venir de quoi vaincre leurs appréhensions les plus vives. Ce qui caractérise ce système de pensée (apparu antérieurement au langage), c’est qu’il ignore la vérification. Le sacré du rite (l’espérance), du mythe (la foi) et de l’éthos prôné par les prêtres (la charité) est cru sans être vu, et cru d’autant plus fermement qu’il reste invisible, muet et intouchable. Cette confiance aveugle peut même aller jusqu’au fanatisme le plus virulent, jusqu’à la condamnation sanglante de l’hérésie et jusqu’aux guerres de religion les plus cruelles, comme l’Histoire nous l’a montré trop souvent.

 

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Pour une histoire de la Pensee

14 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Histoire, #Epistémologie

Je propose de résumer la glorieuse et sublime histoire de la pensée humaine par la succession de six « systèmes de pensée », de plus en plus complexes : 1° le rite, 2° le mythe, 3° la religion, 4° la philosophie, 5° la science, 6° la technologie. C’est reprendre, approfondir et actualiser les idées sur une progression de l’esprit de Condorcet (Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, 1795), de Hegel, d’Auguste Comte.

Chaque étape est initiée par un événement fondateur. Le rite apparaît au tout début de la Préhistoire, pendant le lent processus d’hominisation, avec l’apparition de gestes répétés convulsivement, avant même l’avènement du langage. Le mythe apparaît dès l’invention des langues et de la parole. La religion apparaît quand des rites et des mythes sont sacralisés au profit du pouvoir politique, naissant à la fin du Paléolithique quand les groupes humains, devenus nombreux, nécessitent une organisation. La philosophie est inventée par Thalès, à Milet, vers 600 avant notre ère, quand il critique et rejette les traditions mythiques et religieuses. La science se développe au XVIème siècle, en Europe, quand des spécialistes (médecins, pharmaciens, ingénieurs, astronomes, naturalistes…) commencent à utiliser systématiquement l’instrumentation pour étendre leurs observations et pour, grâce aux instruments de mesure, quantifier les phénomènes observés et permettre d’utiliser le langage mathématique et sa puissance expressive et prédictive pour décrire le monde. Enfin, la technologie se construit au XVIIIème siècle, quand la méthode scientifique commence d’être appliquée aux techniques pour transformer l’artisanat archaïque en industrie (c’est la « révolution industrielle » en Grande-Bretagne).

On a donc le schéma : rite (geste) – mythe (parole) – religion (politique) – philosophie (critique) – science (instrument) – technologie (industrie).

Cette schématisation, qui recherche le simple de l’élément initiateur sous le complexe des apparences phénoménales, qui est donc le résultat d’une « réduction eidétique », s’alimente des innombrables observations et réflexions des philologues, des archéologues, des historiens, des ethnographes, des psychologues, des épistémologues. Elle repose sur une idée « claire et distincte », simple (certains amateurs de paradoxes ou de distinguos « subtils » diront « simpliste »), ayant valeur de postulat, à savoir que le développement des phénomènes humains (de l’enfance à la maturité pour l’individu, de la sauvagerie à la civilisation pour l’Humanité dans son ensemble), va du simple au complexe, par un processus d’accumulation et de rejet (la dialectique hégélienne ?). La physique d’Aristote n’était-elle pas beaucoup plus simple que celle de Newton, et les TGV ne sont-ils pas plus sophistiqués (et plus performants) que les locomotives de Stephenson ?

Au risque de chagriner les humanistes et les égalitaristes, je ferai observer (in cauda venenum) que parmi les milliards d’individus qu’a comptés et que compte encore l’Humanité, seuls quelques centaines, quelques milliers tout au plus, ont participé à la glorieuse et sublime aventure de l’Esprit.

Pour info :

Librairie Filigranes (Bruxelles), extrait d'une conférence sur l'histoire des sciences :

www.youtube.com/watch?v=HZNSrBg25XQ

Lire la suite

Quatre saisons (poeme en prose)

10 Juin 2017 , Rédigé par jeanbaudet.over-blog.com Publié dans #Poème

Ce fut d’abord le temps des illusions et des rêveries, ce fut d’abord le temps de mes printemps, le temps de la rigueur des calculs et des fascinations des chiffres, le temps de mes apprentissages assertoriques et des algèbres apodictiques, le temps de Diophante et de Brahmagupta, le temps annonciateur des bonheurs lumineux des polyèdres. Ce fut le temps de la Grèce.

Et puis ce fut le temps des voyages et des expéditions, des savanes et des steppes, des hautes herbes et des arbrisseaux, ce fut le temps de mes étés, ce fut le temps des ériosèmes pyrophytes et des splendides corolles pourpres des érythrines. Ce fut le temps des laboratoires à Paris et à Lille, à Kew en Angleterre, à Gembloux en Wallonie. J’observai les méristèmes et le pollen échinulé des macrotylomes. J’enfermai dans des coffrets en bois précieux aux serrures de bronze les poudres parégoriques et les onguents balsamiques, la myrrhe et la gomme adragante. Je m’enivrai des odeurs empyreumatiques et suaves des végétations et du vertige des classements phylétiques. Ce fut le temps de Jussieu, de Linné et d’Adanson. Ce fut le temps de l’Afrique.

Et puis ce fut le temps de la pensée et des lectures, ce fut le temps de mes automnes, ce fut le temps de la métaphysique, des entéléchies et des sophismes, des bibliothèques. J’écrivis des phrases. Je conçus des concepts. J’inventai des jugements. Je publiai des livres. J’appliquai la réduction eidétique à ma propre conscience, je m’enfonçai dans ma subjectivité, je comptai les catégories et je m’approchai des mystères ontologiques à l’aide de subtiles métaphores. Ce fut le temps, dans le vent et la pluie des automnes, quand la lumière électrique vient dissiper les ténèbres des soirs et permettre de prolonger les lectures roboratives, ce fut le temps de Spinoza, de Kant et de Husserl. Ce fut le temps de l’Être et des tentations de l’Universel.

Et maintenant voici le temps venu de mes hivers. C’est le temps du bel acier qui rouille, du bois dur qui pourrit, du bronze brillant qui se ternit, c’est le temps des mélancolies et des chagrins. C’est le temps de la lucidité triste où seul, sans sceptre et sans couronne, je me souviens des temps anciens. C’est le temps des valses lentes, des profonds soupirs, des poèmes désenchantés, des anxiétés peureuses, des souffrances véridiques, des maladies incurables, des déchéances insurmontables, des angoisses qui m’écrasent, des humiliations de mes infirmités, c’est le temps de la douleur.

Je fus mathématicien à la sortie de l’adolescence, je fus botaniste dans ma jeunesse, je fus philosophe dans ma maturité. Je visitai des paysages, j’observai des arbres, je rencontrai des humains, je lus des textes, je bus du vin, j’écoutai des musiques. Valétudinaire et cacochyme, anxieux et tremblant, goûtant l’amer d’une sombre nostalgie, j’attends sans espérance la fin de ma dernière saison.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>